Conversation avec le Père Noël de Bouygues Télécom et BETC

Une petite fille récupère auprès de sa maman le numéro de téléphone personnel du Père Noël et c'est le début de la campagne de noël réalisée par BETC Paris pour Bouygues Télécom. Davis Soussan et Marie-Eve Schoettl, directeurs de création nous en racontent un peu plus.

 

David Soussan
Creative Director BETC

 

Donnez-nous un aperçu de la campagne, de quoi s'agit-il et quel a été votre rôle dans la création ?

Une mère donne à sa fille quelque chose d’incroyable avant Noël : Le numéro du Père Noël. La petite fille est absolument ravie de pouvoir demander en personne sa liste de cadeaux au vieil homme. Bien sûr, comme c'est un secret bien gardé entre nous les adultes, c'est en fait son père qui est de l’autre côté de la ligne, caché dans sa voiture dans le garage. Enfant heureux, parents attentionnés, marché conclu. Sauf que... non. La petite fille continue d'appeler le Père Noël à tout moment de la journée, juste pour bavarder. Et peu à peu, une merveilleuse relation se tisse sous nos yeux entre eux, par le biais de ces appels téléphoniques. C'est la merveilleuse histoire que Julien Vergne (AD) et Alexandre Girod (CR) ont racontée. Et nous avons été immédiatement séduits par son charme et l’émotion qui en découle. Nous avons décidé de travailler à nouveau avec Martin Werner (Henry), qui a réalisé le Noël inoubliable de l'année dernière.

 

En quoi cette campagne de vacances diffère-t-elle des prises de communication habituelles pour cet annonceur ?

La principale différence est que pour Noël, notre communication est moins commerciale et plus axée sur l’émotion. Nous ne promouvons rien d'autre que l’esprit de fête, dans lequel nos produits figurent d'une manière très subtile. C'est pourquoi nous voulions que notre campagne de Noël s'inscrive dans la lignée de l'image de marque que nous avons construit au fil des années. Un mélange de personnages forts, de relations familiales, d'humour, d'émotion et d'une utilisation très organique et intuitive de la technologie. La patte Bouygues Telecom, en quelque sorte. Julien et Alexandre avaient déjà créé une campagne intégrée pour Bouygues Telecom et Netflix cette année, ils connaissaient donc parfaitement la marque.

 

L'année dernière, la publicité "Un Noël inoubliable" a eu beaucoup de succès ? En quoi cela a-t-il représenté un défi pour vous cette année ?

Le papa danseur a été vu par plus de 146 millions de personnes dans le monde entier. Pas mal pour une marque locale au nom imprononçable. L'enjeu était de taille, mais nous ne croyons pas aux miracles qui se produisent deux fois de suite. Et bien sûr, il y avait le défi de la musique. L'an dernier, Come and get your love a été un succès incroyable (n°1 sur Spotify en France, n°1 de la recherche sur Shazam, n°3 sur Apple Music), nous avions donc besoin d'un autre succès énorme. For once in my life, c'était la grande trouvaille de nos amis de General Pop. Et sur le plan personnel, pouvoir utiliser ce morceau de Stevie Wonder, produit en 1968, est un rêve devenu réalité.

 

Quelle est l’anecdote « coulisses » que vous seul connaissez ?

Pour que notre petite héroïne (elle n'avait que 6 ans !) puisse jouer le rôle de la manière la plus authentique possible, nous voulions qu'elle ait de vraies conversations. On a passé trois jours de tournage à l'appeler. C'était la plupart du temps Martin Werner lui-même, qui faisait des imitations très drôles dans un français bien à lui. Et c'était facile, car c'est la petite fille la plus bavarde du monde. C'est ainsi que nous avons spontanément obtenu des citations remarquables comme "les licornes vivent vraiment à l'extérieur".

 

Noël pour Bouygues Telecom, c'est Noël en famille, est-ce qu'il y a des clichés liés à Noël qui, selon vous, devraient être moins utilisés maintenant ?

Comme chaque marque veut avoir une part du gâteau que représente Noël, c'est très délicat de créer la campagne qui va se démarquer des autres. Il y a beaucoup de pièges dans lesquels on peut tomber. De grands annonceurs comme John Lewis ou Harvey Nichols nous ont montré la voie, car ils ont été capables de faire preuve d'émotion, sans être larmoyant, ou d'humour, tout en restant respectueux envers cette institution qu’est Noël.

 

Que peut-on souhaiter à BETC en 2020 ?

Très certainement de grands films et des campagnes de plus en plus intégrées pour des marques intéressantes. Ce qui n’est pas le plus facile 

BETC Paris
Publicité/Communication intégrée
Pantin, France
See Profile