"La bande Son de la vie d'une Femme" remporte le «COUP CŒUR #JAO2018»

L'agence fondée par Pascal Couvry, Madame Bovary, remporte le vote organisé par ACT Responsible pour la meilleure campagne grande cause à l'occasion de la Journée Agence Ouverte.

27/03/2017

Le vote du public a été sans ambiguité et a récompensé largement la campagne "la bande son de la vie d'une femme" réalisée par l'agence Madame Bovary pour l'Association Une femme, un toit (FIT).

Dans le cadre de la #JAO2018 organisée par l’AACC, l’association ACT Responsible a proposé un vote «COUP DE CŒUR» pour la meilleure campagne grande cause, en partenariat avec l’ISEG Marketing Service School et avec le soutien d’AdForum et d’Influencia.

Une liste de 43 campagnes a été mise au vote devant un jury composé d'étudiants en quatrième année, spécialité communication, de l'ISEG Marketing & Communication School le 15 mars dernier. La shortlist des 10 meilleures campagnes a reçu les votes du public du 16 au 26 mars (tinyurl.com/coup2coeurJAO). 

Pascal Couvry a eu la gentillesse de nous en livrer un peu plus sur la campagne gagnante. 

Pouvez-vous nous raconter en quelques mots votre rencontre avec l’Association "Une Femme, Un Toit" (FIT):

Lors du lancement du label #sexismepasnotregenre (octobre 2016) que nous avons réalisé pour le Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, nous avons eu l’occasion de rencontrer un certain nombre d’acteurs de la lutte contre le sexisme. C’est ainsi que nous avons fait la connaissance de Marie Cervetti, directrice de l’association 1 Femme 1 Toit. L’association est à l’heure actuelle le seul foyer qui accueille les femmes victimes de violences, mais aussi qui propose des formations aux entreprises contre les manifestations de sexisme. Dans la mesure où Madame Bovary est une agence qui se sent très concernée par les thématiques d’intérêt général, nous sommes convaincus que la communication peut contribuer aux changements de comportement (comme nous l’avons déjà expérimenté sur les sujets de Sécurité routière, l’alimentation ou encore l’activité physique – pour Santé publique France, la CNAMTS). Nous avons ainsi proposé à l’association de concevoir un film impactant, de lutte contre le sexisme.

Décrivez-nous l’idée et choix créatif que vous avez fait.

Il s’agissait, avec une grand économie de moyen de trouver un concept très impactant et efficace. Nous avons donc choisi de détourner le titre du livre Stefan Zweig (Vingt-quatre heures de la vie d’une femme) et de créer La bande son de la vie d’une femme. Dans le film, nous suivons une femme, à différents âges de sa vie et confrontée à des manifestations de sexisme. L’idée force était de faire entendre aux femmes et aux hommes toutes les phrases, que ces dernières sont quasiment sûres de subir toute au long de leur vie. Il était également important d’avoir des voix d’hommes mais aussi de femmes, qui parfois perpétuent l’idée d’une société sexiste et fondée sur le patriarcat. L’idée est de se rendre compte que, si rien ne change, la petite fille dont on annonce la naissance à sa grand mère, va inévitablement connaître les mêmes manifestations de sexisme décrites.

Quels ont été les moyens mis en place pour cette campagne?

Nous avons mobilisé l’ensemble de nos partenaires et notamment la société de production Octopus (dirigée par Etienne de Nanteuil). Nous avons donc entièrement produit le film en interne, toujours dans cette optique d’économie de moyens.

 

Et quels ont été les résultats ?

Le film a été lancé par l’association, sans le moindre achat d’espace, le 25 novembre 2017 à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes sur les réseaux sociaux et en relations presse.

Facebook : 83 000 personnes ont été atteintes, 4900 likes, 14 000 partages

Twitter : 90 tweets, 188 retweets et likes

Youtube : 76188 vues organiques, 402 likes.

11 articles de presse relaient la campagne qui a également bénéficié d’un sujet lors de l’émission Télé-Matin de France 2.

De manière plus générale comment travaillez-vous avec les associations ?

L’agence travaille beaucoup avec des organismes gouvernementaux (Sécurité routière, Santé publique France ou encore l’Assurance Maladie) ce qui nous amène à travailler avec des associations (Aviation sans frontière, SOS Racisme ou encore France Parkinson) ou encore des organismes culturels (Musée de l’Armée, Musées d’Orsay et de l’Orangerie, Centre des monuments nationaux ou encore le Mémorial de la Shoah).

Dans quels cadres de rémunération?

Ils peuvent être variables avec les associations. Généralement, l’agence travaille soit dans le cadre de conventions de mécénat de compétence ou pro bono.

Quelles sont les raisons qui, selon vous, motivent un travail non rémunéré pour les assocs ? (une adhésion à la problématique de l'association ? c’est un devoir de chacun? ça motive les créatifs ? Ca sert aux RP de l'agence ? Autre ? Un mix de tout)

Nous partons du principe que nous devons obligatoirement adhérer à la cause pour laquelle nous oeuvrons et que nous devons mobiliser les équipes autour de cette cause. Ainsi, il faut bien avoir en tête que la création se doit être au service de la cause défendue. Essentiellement, cela fait partie de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise que de mettre ses talents au service d’une cause juste. C’est également une formidable opportunité de planning stratégique car elle nous permet une lecture assidue des problématiques sociétales, au plus proche des acteurs de la société civile. On peut également dire que cette expertise, nous rend plus efficaces dans le cadre de nos campagnes gouvernementales.

Connaissiez-vous ACT Responsible avant d’être sélectionné pour participer à ce Coup de Coeur ? 

Oui, nous avons eu la chance en 2017 d’être sélectionné avec notre court-métrage L’Annonce réalisé par le documentariste Jean-Xavier de Lestrade pour le compte de la Sécurité routière.

Comment avez-vous mobilisé votre réseau ?

Nous avons sollicité tous nos partenaires mais aussi toutes les directrices de la communication avec lesquelles nous travaillons. L’association a également mobilisé tous les relais de son écosystème militant et féministe afin qu’ils octroient leur votes. En l’occurrence, 9 autres campagnes formidables réalisées par des agences très talentueuses avaient été sélectionnées cette année, mais il semblerait que La bande son de la vie d’une femme ait bénéficié de l’actualité du phénomène #metoo et de la lutte contre le sexisme. L’ensemble des femmes sont très mobilisées autour de ses questions et c’est sans doute pour cela que les votes ont été aussi nombreux en faveur de l’association 1 Femme 1 Toit.