Quand la presse récompense le numérique

Les Epica Awards, le prix de la création jugé par les journalistes, a eu lieu en novembre. Quelles pépites numériques ont-ils sélectionnées ?

par Mark Tungate , Adforum

Toute personne ayant travaillé dans le journalisme ces dernières années ne saurait sous-estimer l’impact du numérique sur son travail. Le monde des rédactions où les reporters tapent leurs histoires sur des machines à écrire ou même sur de gros terminaux informatiques a été complètement remplacé par des appareils mobiles, des médias sociaux, de la vidéo en ligne, des podcasts, des influenceurs, des paywalls et une épidémie de fake news.

 

Il serait donc compréhensible de penser qu’un jury de journalistes se sentirait peut-être un peu moins légitime à choisir les meilleures campagnes numériques. Heureusement, cette année, le jury Epica était composé de nombreux représentants de la nouvelle génération qui a grandi avec le numérique. Ils ont même donné le Grand Prix à un projet qui utilise la data avec créativité pour pousser les Allemands à envisager des vacances plus près de chez eux.

Ils n’ont également pas eu peur de montrer le côté obscur du numérique. Pas moins de deux campagnes de la fondation Monica Lewinsky qui lute contre le harcèlement ont reçu des prix.  Le premier est un film, “Epidemic”, qui se relance afin de montrer la vérité derrière une histoire quelque peu dérangeante. Il a remporté l’argent.

Le second, récompensé par un bronze est une idée simple et plutôt intéressante qui aura nécessité l’implication et l’engagement d’un grand nombre de célébrités.

Tout comme le harcèlement, le racisme aura été un sujet d’actualité. L’une des idées préférées du jury vient de Serviceplan et du magazine Rolling Stone en Italie. “Burn Racist Giga” incite les racistes à regarder du contenu qui interpelle leur “sensibilité” et leurs centres d’intérêt, tout en rendant très rapidement leur mobile inutilisable. Le jury s’est interrogé sur la manière et l’éthique d’un tel procédé, mais compte tenu des cibles de la campagne, leurs doutes se sont rapidement levés.

Moins polémique mais au moins aussi complexe, la campagne “Go Back To Africa” de FCB/SIX a retourné les mots haineux contre ceux qui les proféraient pour les encourager à aller visiter le continent africain. Ce projet a remporté un Epica d’or, bien mérité.

Cela ne veut pas dire que les idées doivent être si complexes. En voici une avec une utilisation simple du texte qui invite les voyageurs à se rappeler auprès des gens qui souffrent de solitude en période de vacances en famille. 

Pas besoin de préciser que les jurys auront été sensibles aux projets en faveur de la liberté de la presse. Ils ont décerné un or à Publicis Mexico pour #StillSpeakingUp, un campagne sur Twitter dans laquelle des journalistes assassinés reviennent apparemment d’outre tombe pour encourager les autres à continuer leur combat contre la corruption.

 

De manière tragique, les tueries dans les écoles américaines reviennent régulièrement dans les gros titres et le film suivant, réalisé par BBDO New York a frappé les esprits : ce qui ce présente comme des fournitures de rentrée prend un tournant surprenant.

Vous serez content d’apprendre qu’il y a également eu des projets évoquant des sujets plus légers du quotidien. En restant aux Etats-Unis, regardez ce qui est arrivé quand les camions Volvo et l’agence Forsman & Bodenfors ont offert un peu de répit et de repos aux routiers qui souffraient du dos. La vidéo en ligne est plutôt distrayante. 

 

Et pour finir, le jury s’est félicité de ce film, somptueux, diffusé en ligne pour le cognac Hennessy, de DDB Paris, réalisé par Sir Ridley Scott en personne. 

Allez, levons nos verres pour des fêtes de fin d’année chaleureuses, pacifiques et colorées