Childhood Index Value : le coût des violences à l'égard des enfants par Babel pour Innoncence en Danger

A l'occasion de la journée internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre dernier, l'agence Babel a sorti un film surprenant, où l'enfance se retrouvait cotée en bourse, mais avec une valeur négative. Entretien avec Jean-Laurent Py, directeur de la création de l'agence pour découvrir les coulisses de la campagne.

par Maud Largeaud , AdForum

Babel vient de lancer le Childhood Index Value (C.I.V), à hauteur de moins 142.7 milliards d'euros. Il s'agit d'une estimation du montant que, chaque année, coûtent les violences à l'égard des enfants pour l'économie européenne en considérant, notamment, les coûts des systèmes de santé et sociaux, les coûts pour la justice etc. 

 

Après deux campagnes remarquées en 2019 et 2020, l'agence s'adresse aujourd'hui au monde de la finance pour le sensibiliser au problème. Nous avons interrogé le directeur de la création sur ce nouveau film.

  

  • Quel était le brief ? Quels sont les objectifs de la campagne ?

Jean-Laurent Py: Cela fait bientôt 10 ans que je travaille avec Innocence en Danger. Plutôt que des briefs, ce sont plus des échanges avec Homayra Sellier, la présidente, pendant lesquels des sujets sont évoqués. Cela reste dans ma tête, je partage avec les créatifs, et quand on a des idées assez fortes, on partage. Des idées simples et peu coûteuses à réaliser et qui peuvent vivre sans budget média.

L’objectif est double : faire de la sensibilisation, encourager les dons.

 

  • Pourquoi avoir choisi la cible financière ?

JLP : Nous avons voulu sortir des campagnes grand public traditionnelles. Le but est d’aller chercher des “cibles” plus spécifiques et leur faire prendre conscience qu’elles ont aussi un rôle à jouer dans la protection de l’enfance. Et à chaque fois, il faut trouver une approche qui leur parle, qui fasse du sens.
Il y a deux ans, par exemple, nous avions parlé au monde de l’entreprise, avec une campagne appelée “La Lettre de démotivation”. Elle expliquait qu’un adulte qui avait été victime d’abus étant enfant gardait des séquelles qui touchaient aussi sa vie professionnelle, donc les entreprises.
Cette fois-ci, nous avons voulu nous adresser au monde de la finance. Un monde d’argent et d’investissement. En parlant du coût de la violence sur l’économie, nous venons avec un angle qui peut les toucher.

 

  • Comment la campagne va-t'elle être diffusée, amplifiée ?

JLP: C’est essentiellement une campagne RP et online. Il y aura aussi quelques parutions gracieuses, dans Le Figaro Eco par exemple.
Nous travaillons de façon probono, et préférons que l’association consacre ses moyens à ses actions, donc tout dépend de l’intérêt que nous suscitons auprès des médias et des reprises.

 

  • Comment faire remonter la valeur du cours ?

JLP : Pour faire remonter la valeur, il faut “investir”. Donc aller sur le site et cliquer sur le bouton. Il s’agit en fait d’un don. Tout simplement. (Innocence en Danger*)

 

  • Quelles sont les prochaines étapes ?

JLP: Nous adorerions pouvoir monter quelque chose de durable et viable, au-delà de l’action symbolique. J’échange avec Euronext par exemple. Qui sait ?
Et sinon, quoi qu’il en soit, Babel et les équipes créatives continueront à travailler pour une prochaine campagne. 

 

 

* Aidez-nous à faire remonter le cours en faisant un don via le lien suivant : Innocence en Danger 

 

Jean-Laurent Py
Directeur de la Création Babel
BABEL
Publicité/Communication intégrée
Paris, France
See Profile